L'univers EVOC

Ifen

Ifen
Semblable au Tafelberg, mais plus oblique, le sommet Hoher Ifen se dresse au-dessus de la vallée de Kleinwalsertal. Avec ses 2229 m de hauteur, ce n'est pas vraiment un géant ; cependant, sa forme spéciale lui donne un aspect particulier. Durant des années, nous avions rêvé de l'escalader et il semblait que cette année, nous allions enfin pouvoir le faire.

Très vite, nous avons réalisé qu'il n'était pas simple d'arriver à son sommet : Toute la structure montagneuse est entourée par une vire appelée le « mur de l'Ifen », avec des brèches situées à quelques endroits uniquement. La voie normale, qui est une via ferrata en été, emprunte un couloir escarpé de masse rocheuse au-dessus de la zone skiable.

20150211 4801 korr   Kopie

En termes de technique d'escalade, les difficultés sont gérables. Toutefois, l'accès passe par le bassin de l'Ifen et ensuite, par des longs versants intacts à traverser pendant des kilomètres le long du mur de l'Ifen. Le risque d'avalanche est ici clairement le facteur limitant car personne n'aimerait marcher sur une pente de cette ampleur et particulièrement pas en montée. Cependant, nous avons de la chance : quelques jours auparavant, la commission des avalanches avait libéré le bassin de l'Ifen de l'énorme charge de neige en décrochant par explosifs une énorme plaque de neige. Un peu effrayés par les dimensions, nous descendons une arrête de décrochage très épaisse, pour voir la partie la plus intéressante de la randonnée.

20150211 4815 korr   Kopie
Avec trois vidéastes et un photographe, il y a autant de personnes derrière la caméra que devant.

Holger Feist, le chef de produit, Jan Sallawitz, le directeur du marketing et Christian Morgenroth, le représentant commercial seront aujourd'hui les « athlètes » et seront pas à pas accompagnés par les vidéastes et photographes EVOC, Baschi Bender et Markus Greber, lors de l'ascension. Christian Walter, le vidéaste par drône règle avec Daniel Staub le cadre. Il s'agit de transporter à la montagne non seulement des personnes, mais également beaucoup de matériel. Un véritable test d'endurance pour nos poches et sacs à dos ! Même si dans un premier temps, tout se passe de manière détendue sur une longue traverse à travers le grand versant nord, il faut cependant se dépêcher :

20150211 4965 korr NEU   Kopie
Les versants sont énormes et le mur de l'Ifen est couronné de nombreuses corniches gigantesques, que l'on n'aimerait pas voir s'écrouler. Le groupe est rassemblé en dessous d'un gros rocher. À partir d'ici, il faut continuer à travers la gouttière sur une pente raide et on ne peut gagner de la hauteur qu'avec une technique de virages en épingle complexe. L'heure est venue maintenant pour les photographes et vidéastes, car le site est spectaculaire et les panoramas sont toujours plus impressionnants. En particulier, la manière avec laquelle les « athlètes » prennent les virages en épingle de plus en plus serrés vaut vraiment la peine d'être vue !

20150211 4931 korr   Kopie

Ce qui marche le mieux apparemment, ce sont les figures semblables à celles des contorsionnistes ou encore de lézards s'aventurant sur des parois impossibles. Pendant que nous nous efforçons de rejoindre le point de rassemblement suivant, le guide prépare déjà les cordes pour la seule véritable ascension de cette randonnée. En principe, il faut venir à bout d'un verrou rocheux d'à peine cinq mètres de haut, la roche étant quand même recouverte de neige et les prises légèrement en pente. Avec en plus un équipement d'hiver complet, l'exercice devient un véritable défi. Comme l'ascension vers le sommet s'accompagne d'un beau soleil, nous nous hâtons vraiment tous pour arriver à destination. À partir d'ici, l'impression change complètement : Encore une fois dans une cheminée étroite et ombragée, creusée dans la roche,

20150211 5033 korr   Kopie

Nous nous trouvons à présent sur un immense plateau habillé de neige, qui mène doucement jusqu'à la croix du sommet. Avec sous nos yeux, un magnifique panorama, nous entamons les derniers mètres jusqu'au sommet où nous pourrons faire une pause bien méritée. La vue est imprenable : à nos pieds, se trouvent le plateau de Gottesack et un peu plus loin, la forêt de Bregenz, le massif du Rätikon et le lac de Constance. Le massif de Lechquellen et les majestueuses Alpes de l'Allgäu complètent le tableau.

12671677 1206384142735586 3225119118118124709 o

Pleins d'énergie, il nous reste à affronter le passage le plus excitant peut-être de toute la randonnée : pour continuer par-dessus un éperon rocheux, il faut descendre en rappel pendant environ quarante mètres sur le versant sud-est. La particularité en est la partie centrale de sa paroi qui est si raide qu'une bonne partie de la descente se fait sans contact, avec un impressionnant saut dans le vide.

IMG 7168 korr

Malheureusement, le risque d'avalanche grandissant en cours de journée, nous devons nous tenir loin des pentes raides. Ce qui nous permet cependant, de rencontrer sur le chemin vers le bas, toutes sortes de virages en poudreuse très fine.

20150211 5199 korr   Kopie

Enfin plus tard, un verre de bière fraîche à la main et un sentiment de fierté, nous profitons depuis la vallée, de la vue sur cette montagne tout à fait particulière, qui maintenant se repose à nouveau paisiblement, sous le soleil de l'après-midi.

20150211 5237 korr

 

<< RENTRÉE L'UNIVERS EVOC